Accueil Blog

Interview : Amossa Couture

Amossa couture

Pouvez-vous vous présenter brièvement s’il vous plait ?

Bonjour je m’appelle Lamine Diouf mais les gens m’appellent Amossa comme ma marque de vêtement dénommée Amossa Couture. Je suis d’ethnie Sérère et Amossa veut dire en sérère : ‘’ quelque chose qui est magnifique’’.

Comment s’est présenté votre début dans la couture ?

Vous savez tout début est difficile surtout au Sénégal. D’abord je viens d’une famille très conservatrice qui n’est pas habituée à pratiquer la couture. Ma maman travaille dans l’industrie de la marine et c’était un peu compliqué pour elle de me laisser me lancer dans la couture d’autant plus qu’elle voulait que je continue mes études. Mais j’ai arrêté l’école à la classe de CM2 ensuite j’ai poursuivi des études de mécanique pendant une année. Par la suite j’ai arrêté la mécanique pour poursuivre ma passion et me lancer dans le monde de la couture. J’ai commencé à me former dans les petits ateliers de couture pendant trois années, ce qui m’a permis d’avoir des compétences en découpage et en couture. Puis j’ai été embauché dans un atelier avec un salaire de 50.000 FCFA au début qui a par la suite grimpé jusqu’à atteindre 200.000 FCFA. 

Ah vous évoluiez au fur et à mesure dans cet atelier de couture ?

Effectivement. La dame avec qui je travaillais a vu l’efficacité de mon travail à travers ma touche personnelle qui lui apportait de la clientèle et a décidé de me faire bénéficier d’une promotion. En effet, elle voulait fermer sa boutique lorsque j’ai commencé dans son atelier mais je lui ai dit que nous n’allons pas faire cela et que l’on va recommencer a zéro. Le courant passait bien entre nous et par la grâce de Dieu nous avons ensemble réussi à maintenir la boutique en activité. Je suis resté deux années dans son atelier. Par la suite j’ai arrêté afin de lancer une affaire pour mon compte chez moi, dans ma chambre avec une seule machine à coudre.

Comment tu as réussi à lancer « Amossa Couture », ta propre marque ?

J’avais du succès chez les jeunes filles et j’ai réussi à économiser de l’argent en investissant dans un petit poulailler que j’avais installé chez moi durant les 6 mois. Cet investissement m’a fait éviter tout gaspillage d’argent. Ainsi, après avoir amasser une somme de presque 450.000 FCFA, j’ai loué un local que m’avait proposé la mère d’une de mes amis. J’avais peur au début de prendre le local mais la mère de mon ami m’a rassuré sur le fait que cela va bien se passer. C’est dans ce cadre que j’ai réussi à me lancer pour mon propre compte dans ce local avec toujours une seule machine à coudre. Aujourd’hui par la grâce de Dieu j’ai plus de dix machines.

On peut dire que vous avez réussi à vous faire un nom ?

C’est cela. J’ai réussi à me faire un nom dans la couture sénégalaise. J’avais de plus en plus de clientèle en ville mais mon atelier sis à Keur Massar est loin pour eux. Ceci m’a poussé à ouvrir un Showroom à Nord Foire.

Et Amossa Couture compte combien d’ateliers aujourd’hui ?

J’ai un site de production à Keur Massar et deux Showrooms installés à Keur Massar et à Nord Foire.

Est-ce vous continuez a coupé des tissus ou êtes-vous devenu un businessman maintenant ?

Non. J’apporte toujours ma touche personnelle sur les habits cousus par mes tailleurs. J’aime qu’il ait ma signature sur tout vêtement de la marque Amoussa. C’est très important d’autant plus que j’aime promouvoir l’originalité de mes habits en essayant de me démarquer des autres, de sortir de l’ordinaire. Je n’aime pas faire tout ce que les gens font, j’aime toujours apporter de l’originalité à travers ma touche personnelle.

Quelles sont tes contraintes aujourd’hui dans ce métier ?

A part l’impossibilité de tout le temps respecter les délais de livraisons des habits, je ne note pas d’autres contraintes parce que l’on fait tout pour satisfaire nos clients. Nous faisons tout pour respecter les délais de livraison mais parfois certaines contraintes font que l’on ne peut pas tout le temps les respecter et cela, les clients ne vont pas le comprendre et cela me fait mal.

Quel est votre rêve pour la « Amossa Couture »?

Je rêve de devenir un grand créateur de mode de renommée internationale comme Karl Lagerfeld ou Yves Saint Laurent. Il faut être ambitieux. Pour le moment nous ne sommes que de petit créateur de mode, de jeune entrepreneur mais nous visons à internationaliser notre travail et pourquoi pas habiller les plus grandes stars du monde.

Apparemment les tailleurs sénégalais sont les meilleurs au monde après les italiens ?

C’est ce que les gens disent mais en ce moment tous les tailleurs cousent bien. Il y a l’exemple des nigérians qui cousent très bien. Mais au Sénégal nous avons notre touche personnelle renforcée d’un savoir-faire particulier et de l’élégance de nos femmes.

Effectivement les nigérians sont en avance en couture, j’ai interviewé un styliste qui a fait ses études au Nigeria et qui m’a confirmé ce fait. 

Les nigérians osent en couture, ils sont effectivement en avance. Par exemple ici au Sénégal, il y a certaines tenues que les gens ne vont pas porter. Alors qu’au Nigeria c’est tout le contraire, je dirais qu’ils sont même plus en avance que les Etats-Unis dans le domaine de la mode.

Quelle est la spécialité de Amossa couture ?

Je suis polyvalent. Je couds tout type de style à savoir tenue de soirée, tenue de gala, costume africain pour homme, taille-basse, robe, boubou, etc. Si l’on veut gagner une certaine clientèle au Sénégal, on ne doit pas se borner à coudre que quelques styles de couture, il faut coudre tout.

Retrouver toutes mes créations sur ma page Instagram.

Et pour coudre, vous vous basez sur un modèle existant ou c’est votre propre création ?

Il peut y avoir qu’un client veuille un habit sur la base d’un modèle déjà existant. Mais aussi, un client peut souhaiter que je lui créé moi-même quelque chose et à chaque fois je reçois des retours positifs par rapport à mes propres créations. 

Que pensez-vous de Wuriba ?

J’adore la marque Wuriba. Ce sont des jeunes sénégalais qui l’ont créée et c’est une fierté pour nous en tant que jeune styliste. Nous devons avoir notre propre matière de tissu made in Sénégal et Wuriba l’a fait. C’est pourquoi lorsque les créateurs de Wuriba m’ont invité sur ce projet, j’avais vraiment à cœur d’y participer.

Cela nous a vraiment fait plaisir de nous entretenir avec vous Amossa Couture.

Le plaisir est partagé et je vous remercie de votre amabilité.

Adresse Amossa Couture

Nord Foire – En face Marathon et Keur Massar – Terminus 71

Numéro Téléphone

+221 77 663 29 57

Partager:

Plus d'articles

Laye Pizza le jeune styliste

Interview : Laye Pizza

Bonjour Laye Pizza, pouvez-vous vous présenter et nous parler un peu de votre parcours professionnel ?

Table des matières

Comment devenir partenaire ?

Vous êtes un acteur de la mode, envoyez nous une demande partenariat sur notre page de contact. 
Nous vous répondrons pour confirmer votre demande.

INSCRIVEZ VOUS à la newsletter

Recevez toutes les infos sur les nouveautés, les  produits et promotions Wuriba.com en ENCLUSIVITE

Comment devenir partenaire ?

Vous êtes un acteur de la mode, envoyez nous une demande partenariat sur notre page de contact. 
Nous vous répondrons pour confirmer votre demande.

Catégories

0
Votre Panier